Et si l'amour c'était aimer - Librairie BD Rennes

Et si l'amour c'était aimer ? par Fabcaro

Coup de cœur

Et si l'amour c'était aimer

Fabcaro

Henri aime Sandrine. Sandrine aime Henri. Sandrine commande de la macédoine pour faire plaisir à Henri. Michel, le livreur de Speed macédoine sonne à la porte. Sandrine ouvre. Sandrine tombe amoureuse de Michel qui est aussi chanteur de rock. Henri aime Sandrine qui aime Michel. Michel aime Sandrine qui n’aime plus Henri.

Et maintenant quelques raisons de courir à La Nef pour découvrir cette pépite :

– Dessin figé, comique de situation, utilisation outrancière de clichés, Fabcaro réinvente le roman-photo pour nous offrir une parodie hilarante, totalement absurde et pleine de vérités vraies.
– Parce que ça dégouline de bons sentiments, de quinzième degré et de « Mais qu’est-ce que c’est con ! »
– Parce qu’on a tous un ami de la sœur de l’oncle du grand cousin du voisin de la grand-mère qui aime l’humour drôle et/ou les histoires à l’eau de rose.
– Pour la modique somme de 12 € vous aurez un chouette cadeau d’assiette, de chaussette ou de sapinette à offrir à un être plus ou moins cher entre les huîtres et la macédoine du 25.
– Et puis si vous n’aimez pas l’amour, par pitié n’en faites pas tout un plat (de macédoine), vous pouvez toujours vous retrancher sur la fidélité et le génialissime Zaï Zaï Zaï Zaï, le road-movie déjanté du même auteur.


Servitude T5

Servitude T5 par Bourgier & David

Servitude T5

Bourgier & David

Servitude T5Les choses ont bien changé depuis le mariage de Kyriel, censé apporter enfin un peu de sérénité aux Fils de la Terre. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu et aujourd’hui, le royaume est en guerre comme jamais auparavant…
Les Drekkars sont sortis de l’ombre, certaines puissances se sont réveillées et d’autres abattent leurs dernières cartes. Alors que chaque pièce semble enfin en place sur l’échiquier, le dénouement n’a jamais été aussi proche…

Quelques raisons de lire ce chef d’œuvre de la fantasy :

– Pour faire simple, Servitude est sans doute ce qui se fait de mieux en fantasy en BD, et ce, depuis… au moins très très longtemps ! À tous points de vue, cette série sort véritablement de l’ordinaire.
– D’abord, par la richesse de son univers que l’on découvre davantage à chaque tome, passant d’un lieu à un autre, découvrant à chaque fois de nouveaux peuples…
– Ensuite parce que tout cela nous implique totalement dans ce récit, que l’on s’attache de plus en plus à chaque personnage, à chaque peuple, à mesure que l’on découvre ou comprend les enjeux, les motivations de chacun. Il y a d’ailleurs en cela de fortes similitudes avec Le Trône de fer !
– Il y a donc une vraie dramaturgie et une vraie tension, un suspens qui nous tient depuis plus de 10 ans maintenant en haleine et qui prendra bientôt fin dans un ultime tome (initialement prévue en 5 tomes, la série sera finalement en 6 tomes, afin d’éviter une trop forte pagination sur le dernier volume…). Tout semble désormais en place, plusieurs indices nous laissent envisager certains dénouements, mais tout reste à faire encore !
– Et puis graphiquement, c’est du jamais vu ! C’est d’ailleurs ce qui frappe en premier en ouvrant le premier tome : un dessin d’une grande précision, très dynamique pourtant, tout en sépia… C’est juste magnifique ! Si c’est ce qui frappe en premier, j’ai tenu à le mettre en dernier, car finalement Servitude, c’est bien plus que cela !


Katanga T2

Katanga T2 par Nury & Vallée

Katanga T2

Nury & Vallée

Katanga T2

En 1960, alors que le Congo proclame son indépendance envers la Belgique, le Katanga, sa province la plus méridionale, fait sécession. Commence alors un conflit armé dont un des enjeux est la domination des mines de cuivre du Kasai…
Dans l’ombre, la société belge de l’UMHK (Union Minière du Haut-Katanga) va alors financer des troupes de mercenaires afin de protéger quelques vestiges du passé colonial. La situation dégénère définitivement quand Félix et son groupe découvrent l’existence de diamants cachés au Kasai…

Quelques raisons de lire ces deux tomes :

– Katanga, série fictive se basant sur des situations réelles, est la nouvelle série des auteurs d’Il était une fois en France, véritable chef-d’œuvre de la BD historique. Avec deux tomes pour le moment, Katanga semble prendre le même chemin !
– Dans ce contexte historique réaliste, on a une galerie de personnages plus ou moins fictifs, tous plus barrés les uns que les autres. C’est un concours permanent de celui (ou celle) qui sera le plus grand salopard (alors qu’on sait tous que c’est Blondin), de qui sortira son épingle du jeu… Manipulation et trahisons nous tiennent en haleine tout au long de ces deux tomes.
– F. Nury (Il était une fois en France, WEST, Silas Corey…) est un des plus scénaristes d’aujourd’hui. Chacun de ses albums est d’une grande richesse, d’une précision et d’une efficacité inégalées. Katanga ne fait pas exception.
– À ses côtés, S. Vallée est lui aussi un maître en son domaine. Avec un traitement de caricaturiste sur chacun de ses personnages, il arrive à leur donner une unicité, tout en les rendant super expressifs. Mais c’est surtout en terme de construction qu’il nous impressionne : chaque chose, chaque case est à sa place, tout est ultra lisible, sans le moindre heurt.
– Pour finir, il paraît inenvisageable de ne pas évoquer la couleur de cet album. On a ici (aussi), l’un des meilleurs dans ce domaine : J. Bastide. Dessinateur de talent (Guerre des Sambre, Notre-Dame, Boule & Bill…), ses couleurs sont absolument fabuleuses, magnifiques (tout ce que vous voulez du moment que ce soit positif)…


Traquemage T2 par Lupano & Relom

Traquemage T2 par Lupano & Relom

Traquemage T2

Lupano & Relom

Traquemage T2 par Lupano & RelomC’en était trop ! Ne pouvant plus produire son Pécadou tranquillement à cause de ces mages en guerre, Pistolin avait décidé de mettre un terme à ça : Finie la magie ! Finie la guerre ! Vive le fromage de cornebique !
Parti seul avec Myrtille et son épée rouillée, Pistolin avait pourtant dû revoir ses espoirs à la baisse. Déjà qu’un fée alcoolique, ça ne se tue pas comme ça, alors imaginez ce qu’il pourrait faire (ou ne pas faire) aux plus grands sorciers de ce monde. Poursuivant malgré tout sa quête, il fait la rencontre d’un personnage fascinant : Merdin l’enchianteur.

Quelques raisons de découvrir Traquemage :

– W. Lupano et Relom inventent ou réinventent (rendons à Pratchett…) un genre : la rural fantasy ! Certifiée 100% pécadou bio.
– C’est tellement drôle ! Par les dessins, les détails, un peu partout dans chaque case, des postures, des expressions… On se marre du début à la fin !
– Sous couvert de niaiserie, de situations loufoques, improbables, Pécadou poursuit une véritable quête, pleine de rebondissements ! Une quête vouée à l’échec, mais véritable quand même !
– On s’attache à ces quelques personnages : Pistolin et ses espoirs, Mystille, la cornebique qui n’a vraiment pas de bol et la fée alcoolique qui est… bah… alcoolique…
– Et puis W. Lupano, ça signifie aussi et surtout des dialogues géniaux, et très drôles, vraiment très très drôles !

Et quelques raisons de continuer avec le tome 2 :

– Parce que globalement, on prend les mêmes et on recommence…
– … mais qu’il y a un vrai renouvellement, au niveau de l’histoire notamment, qui prend finalement une direction inattendue.
– Et que du coup, il y a à nouveau une vraie densité à ce niveau, avec énormément de bouleversements et de rebondissements.
– Et puis, il a l’enchianteur, un nouveau personnage. Un concept simple mais merveilleux : Le mec est là… Et c’est chiant… C’est brillant et à mourir de rire !


The Unwritten T1 par Carey & Gross

The Unwritten T1 par Carey & Gross

The Unwritten T1

Carey & Gross

The Unwritten T1 par Carey & GrossTom est le fils de Wilson Taylor, écrivain porté disparu depuis maintenant 10 ans et auteur reconnu des aventures de Tommy Taylor, un des plus célèbres sorcier de notre époque. D’ailleurs, la notoriété du personnage permet encore aujourd’hui à Tom de vivre confortablement de ses droits.
Pourtant, au cours d’un festival, plusieurs personnes vont remettre en question l’identité de Tom et dès lors, sa vie va basculer. Est-il vraiment le fils de Wilson Taylor ? Ne serait-il pas responsable de la disparition de celui-ci ? Et, plus intrigant encore, ne serait-il pas lui-même le héros des aventures du sorcier ?

Et voici quelques raisons de lire The Unwritten :

– Dans la forme déjà, on est face à un comics très littéraire, bourré de textes tirés des romans du sorcier, en alternance avec des pages plus « classiques ».
– Dans le fond, les références littéraires sont également nombreuses, qu’il s’agisse simplement de citations d’auteurs renommés (H.P. Lovecraft, Ch. Dickens, L. Caroll…) ou de véritables personnages qui ont leur rôle à jouer dans l’histoire (R. Kipling, M. Twain, O. Wilde…), donnant une ambiance si particulière à ce récit où se mêlent en permanence réalité et fiction.
– Tout cela apporte une grande richesse qui s’ajoute à l’extrême densité de l’album. Avec 5 tomes, une forte pagination et toutes ces références, on est loin de l’album qui se lit en 10 minutes et qu’on oublie aussitôt…
The Unwritten trouve parfaitement sa place au sein du (merveilleux) label Vertigo, et se positionne en terme d’ambiance, en faisant quelque raccourci, entre des titres comme Sandman et Fables.
– Mike Carey (scénariste entre autres d’Hellblazer), parvient avec beaucoup de talent à tenir le lecteur en haleine en maintenant un mystère permanent. Nous-mêmes n’avons jamais vraiment de certitudes quant à l’identité du personnage : la barrière entre la fiction et la réalité est quasiment invisible. D’abord déconcerté, très vite intrigué, on avance dans cette lecture avec une envie toujours plus grande d’en découvrir la suite…


La Horde du Contrevent T1 par Henninot, d'après Damasio

La Horde du Contrevent T1 par Henninot, d'après Damasio

La Horde du Contrevent T1

Henninot, d’après Damasio

La Horde du Contrevent T1 par Henninot, d'après DamasioNous sommes dans un monde où le vent ne s’arrête jamais de souffler… Il peut faiblir, redoubler parfois d’intensité, mais jamais il ne cesse. Dans ce monde, les hommes et femmes se sont organisés en trois tribus : Une, insouciante, profite du vent pour faire de la voile. Une autre, plus craintive ou plus prudente, s’abrite dans les villages. La dernière, la plus folle sans doute, tente inlassablement de remonter le cours du vent, jusqu’en Extrême-Amont. On l’appelle La Horde et voici son histoire…

Quelques raisons de lire ce premier tome :

– Si je ne peux en juger moi-même, cette adaptation du best-seller d’A. Damasio a été approuvée par celui-ci et elle devrait donc ravir les premiers lecteurs de l’œuvre qui voudraient la retrouver illustrée.
– Pour ceux qui ne connaîtraient pas le roman, voici donc un superbe album pour découvrir cet univers fantastique original, intrigant et cohérent malgré la simplicité apparente de son concept. Concept qui permet pourtant de se questionner sur pas mal de choses : l’inconnu, l’exploration, le mouvement, la folie, le non-sens et les causes perdues…
– Un seul personnage : La Horde, elle-même composée d’une quinzaine d’individualités, suffisamment peu nombreuses pour être chacune intéressante, même si certains sortent immanquablement du lot. On s’attache à chaque personnage, souffrant avec eux dans leur périple…
– En face, un seul danger, un seul obstacle : Le vent ! Voilà bien LE point fort de cet album, parmi tant d’autres. É. Henninot est parfaitement parvenu à faire ce qu’il devait faire, ce qui était attendu d’un tel récit et qui paraît pourtant impossible : dessiner l’invisible. Ce vent, on le ressent, on l’entend souffler, on le voit, face à La Horde, dressé comme un mur infranchissable. C’est un véritable tour de force réalisé par l’auteur !
– Si l’histoire, elle, tient en fait à peu de chose, on est pourtant pris par elle et par tous ces éléments précédents. La tension est permanente et, attaché aux personnages, face à ce vent, on avance dans cette aventure en se demandant sans cesse si l’Extrême-Amont existe, si le vent a bien un point d’origine et si La horde le découvrira un jour…


Pile ou face T2 de Larson - Mock

Pile ou Face T2 par Larson & Mock

Pile ou Face T2

Larson / Mock

Pile ou face T2 de Larson - MockSuite à la disparition mystérieuse de leur père adoptif, Cléo et Alex se retrouvent livrés à eux-mêmes dans les rues de New-York où ils intègrent un gang d’orphelins. Pris en flagrant délit lors d’un cambriolage, les jumeaux troquent leur allégeance contre leur liberté, le rêve à porté de train, boussole et couteau dans la poche.
Mais difficile d’échapper au gang du Crochet noir, qui décide de pactiser avec une bande de pirates intéressés par les précieux objets en possession des deux fuyards.
Embarqué de force comme main d’œuvre sur un cargo, Alex se retrouve séparé de sa sœur qui prend le large sur un autre navire. C’est le début de la grande Aventure…

Quelques raisons de lire Pile ou Face :

– Pour la richesse du récit où se mêlent épopée maritime, gang à la Oliver Twist, piraterie, chasse au trésor, conquête de l’ouest et quête d’identité, donnant ainsi une aventure palpitante !
– Le duo frère/sœur et la complexité de leur relation permet de toucher les lectorats féminin et masculin.
– Un format souple entre roman et BD avec une pagination importante qui nous plonge dans un roman d’aventure à la Stevenson, sublimé par un dessin simple et dynamique.
– Une série palpitante et hyper dense en deux tomes seulement !
– Pré-ados, ados, adultes… Une BD à dévorer en famille !


NoBody T3 de De Metter

NoBody T3 par De Metter

NoBody T3

De Metter

NoBody T3 de De MetterDans la pénombre d’une prison du Montana, le détenu Nobody et le Docteur Brennan se font face. Lui, est accusé du meurtre de son ancien coéquipier qu’il revendique avec ferveur, elle, est assermentée par le juge pour dresser le profil psychologique du tueur.
Rapidement, l’homme en combinaison orange et tatouages bleutés se confie. Il revient sur son passé tumultueux, marqué par le décès tragique de sa petite amie et son implication dans le projet Cointelpro, programme de contre-espionnage du FBI.
Cependant, dans le récit de ce quinquagénaire aux douze vies, certains éléments ne collent pas. Mensonge ou réalité, manipulation ou confidences d’un condamné, c’est à la jeune psychologue de découvrir qui est ce « Personne ».

Quelques raisons de lire Nobody :

– Le huis-clos entre Nobody et Brennan nous plongent avec succès dans l’atmosphère glacial des prisons américaines. Au fil de la conversation et des flashbacks, la complexité de la relation entre l’ancien flic et la psychologue est mise au jour. Les langues se délient et les personnalités se dévoilent pour nous offrir un thriller psychologique haletant.
– Personnages fictifs mais contexte historico-politique réel, cette série nous embarque dans les intrigues du FBI et de l’état-major américain, du projet Cointelpro à l’opération Northwoods.
– Le fabuleux travail de Christian De Metter nous laisse sans voix. Son graphisme si particulier, le traitement des couleurs, sa manière de nous transporter dans un univers aux multiples facettes nous avait déjà subjugué dans son adaptation du roman de Dennis Lehanne, Shutter Island. Encore une fois, nous sommes scotchés.
– Amateurs(trices) de séries télévisées, cette bande dessinée est faite pour vous ! Couverture présentée à la manière d’un générique télé (Saison 1, Episode 1,2,3…), liberté dans l’agencement des cases et gros plans évocateurs ne sont pas sans nous rappeler la cultissime série True Detective…
– Et pour finir, la constance du travail de l’auteur, tant dans la qualité du scénario que dans celle du dessin laisse présager une fin de saison largement à la hauteur de nos attentes.


The Private Eye de Vaughan / Martin / Vincente

The Private Eye par Vaughan, Martin & Vincente

The Private Eye

Vaughan -Martin – Vincente

The Private Eye de Vaughan / Martin / VincenteDans un futur pas si lointain, internet a explosé, dévoilant aux yeux de tous toutes les infos possibles et imaginables, de la simple anecdote gênante aux véritables secrets d’État…
Des années après, afin de conserver un semblant de vie privée, chacun s’est mis à porter masques et costumes en toute occasion. Dans ce contexte, une jeune femme va s’attacher les services d’un détective surnommé P.I., afin que celui-ci enquête sur elle-même. À peine l’investigation commencée, celle-ci est retrouvée assassinée…

Et voici donc quelques raisons de lire The Private Eye :

– Déjà, l’objet en lui-même est très original, dans son format à l’italienne, avec une pagination importante et une couverture qui interpelle (Ce sourire et ce qui semble être un visage au premier regard qui s’avère être une capuche une fois qu’on s’y attarde…).
– Il s’agit d’un récit complet, d’une histoire qui se tient du début à la fin.
– Brian K. Vaughan, c’est quand même quelque chose (ou quelqu’un plutôt) : on parle ici du scénariste d’un des plus gros succès de chez Vertigo (Y Le dernier homme) et d’une des meilleures séries de comics de ces dernières années, que je recommande d’ailleurs à tous (Saga) !
– L’histoire et l’univers décrits sont passionnants et intrigants, avec une enquête tournant autour de questions sur l’identité, sur la vie privée et sur le concept même d’internet.
– Une enquête justement qui ne traîne pas en chemin, très rythmée, des planches bourrées de détails, des couleurs très vives et une construction très dynamique. Tout est très fun !


Valérian vu par...

Valérian vu par... Lupano & Lauffray

Valérian vu par...

Lupano / Lauffray

Texte alternatif

L’histoire commence sur une planète isolée, où Valérian et Laureline s’apprêtent à mettre la main sur Mr Zi-Pone, le maître du crime financier intergalactique, tranquillement installé sur la plage, occupé à pêcher le thon… quantique…
Tout cela avait des allures de mission vite expédiée, sauf que voilà, les Shingouz s’en sont mêlés, sans faire exprès, juste en perdant aux cartes la planète Terre, qui appartient désormais à Sha-Oo l’Assoiffeur, le Trafiquant de mer…

Et maintenant, histoire de faire court, quelques raisons de lire ce petit bijou :

– Les auteurs font ici revivre des héros mythiques avec un immense respect pour l’œuvre originale.
– Pourtant, il n’est pas nécessaire de connaître l’univers de SF créé par P. Christin et J-C. Mézières pour apprécier cet album, totalement autonome. Il y a bien quelques références disséminées au fil des pages, des créatures emblématiques que l’on croise, mais cela ne pose vraiment aucun problème pour comprendre ou apprécier l’histoire.
– L’histoire justement, imaginée par W. Lupano (Les Vieux fourneaux, Un océan d’amour, Communardes…) se tient du début à la fin, avec plein d’humour. Comme toujours dans ses albums, on trouve plusieurs niveaux de lecture, afin de contenter toutes les envies : besoin de fun, besoin de réflexion, besoin de grande aventure… Tout y est !!
– Si W. Lupano possède un véritable don pour raconter les histoires, cela se ressent surtout au travers de ses dialogues, absolument géniaux ! Si vous avez aimé la verve de Mimile, Antoine ou Pierrot des Vieux Fourneaux, vous risquez de vous éprendre de cette version de Valérian, Laureline et autres Shingouz…
– Et puis, il ne faudrait pas oublier l’autre génie présent sur cet album. Pour mettre en scène cette formidable aventure, pour soutenir la comparaison, il fallait un très grand, il est là : Le dessin de M. Lauffray (Long John Silver, Prophet…) est tout simplement parfait pour cet album ! Design des personnages, dynamisme, mise en scène, moments un peu plus grandioses pour le plaisir des yeux… Non, franchement, tout est parfait !