Le patient - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Le patient par Le Boucher

Le patient

Th. Le Boucher

Le patient - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Six ans après le « Massacre des Corneilles », Pierre Grimaud se réveille d’un profond coma. Sa sœur Laura, accusée du meurtre de toute leur famille, s’est depuis suicidée, faisant de lui le seul rescapé du drame…

Quelques raisons de lire ce superbe album :

Le Patient est un récit complet à forte pagination par Thimothé Le Boucher, l’auteur de Ces jours qui disparaissent, un des albums plébiscités de 2017 !

– C’est un thriller psychologique toujours intrigant et parfois même bien angoissant. Du massacre initial à cette présence inquiétante dans cette chambre d’hôpital, il y a de quoi faire quelques cauchemars…

– Les différents personnages et leurs relations sont très travaillés. Entre Pierre et Anna, la psy qui s’occupe de lui, les différents patients, pas un n’est laissé de côté, tous ont leur importance…

– Il y a un véritable suspense dans la première partie de l’album, puis un changement brutal de rythme et d’ambiance, un peu déroutant, mais que la fin fait plus que justifier. Cela nous amène plutôt brillamment une nouvelle vision sur tout ce que l’on a lu auparavant !

– Justement, de nombreuses questions et réflexions demeurent à la fin. C’est un album qui marque et ne laisse pas indifférent, du fait notamment de l’intelligence dont fait preuve l’auteur dans son écriture !


GrassKings T2 - Nef des fous - Librairie BD Rennes

GrassKings T2 par Kindt et Jenkins

GrassKings T2

M. Kindt et T. Jenkins

GrassKings T2 - Nef des fous - Librairie BD RennesGrass Kingdom, une communauté vivant coupée du monde, au bord d’un lac, au fin fond des États-unis, ayant rejeté la loi et la justice du gouvernement depuis des décennies. Des années auparavant, la fille du chef de la communauté, Robert, a disparu dans des circonstances troubles. Pour certains elle s’est noyée, pour d’autres elle a été victime d’un tueur en série rôdant dans les parages. Depuis, Robert a sombré dans l’alcool et son frère Bruce tente de maintenir la communauté à flot… Quand Robert repêche une jeune femme dans le lac, les souvenirs refont surface, les tensions renaissent et la paranoïa s’installe à Grass Kingdom…

Quelques raisons de lire ce superbe polar :

GrassKings est une histoire appartenant au Southern gothic, un genre littéraire américain qui décrit des personnages et des cadres parfois sombres, souvent glauques du sud des États-unis. Pour vous donner un comparatif parlant, si vous aimez la première saison de True Detective, il y a des chances que cette série vous plaise…

– C’est un polar d’ambiance, un récit où on n’est jamais vraiment sûr des intentions de chacun… Il y a peu de personnages, quelque chose qui cloche, on ne sait pas quoi mais on en a la certitude, l’ombre d’un tueur en série qui plane, des secrets inavouables, des mensonges. Un cadre parfait pour un polar pesant…

– Matt Kindt est un scénariste qui prend son temps… Si ses débuts d’histoire peuvent laisser parfois perplexe, ses fins sont toujours de grande qualité. Ici, dès le début, on est plongé dans le récit, happé par l’intrigue et l’atmosphère de celui-ci. Qu’est ce que ça va être arrivé à la fin !

– Le fin justement, arrivera très bientôt, en juin, puisque GrassKings est une trilogie, publiée extrêmement vite, en à peine quelques mois…

– Personnellement un peu réticent de prime abord face à l’aspect graphique de cette série, je me suis finalement rapidement pris au jeu, puisqu’il sert en fait très bien le récit et participe pleinement à son ambiance intrigante, parfois malsaine…


Le Dernier atlas T1 - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Le Dernier atlas T1 par Vehlmann, De Bonneval, Tanquerelle et Blanchard

Le Dernier atlas T1

F. Vehlmann, G. De Bonneval, H. Tanquerelle et F. Blanchard

Le Dernier atlas T1 - Nef des fous - Librairie BD RennesDe nos jours, en France. Ismaël est un escroc de province, installant des bornes d’arcade trafiquées dans des bars pour soutirer une « rente » aux propriétaires. La cinquantaine passée, un coup du sort va pourtant lui faire gravir soudainement les échelons, l’amenant à travailler en Algérie pour un caïd de la pègre internationale, celui qui se fait appeler « Dieu le père »…

Au même moment, des phénomènes inexpliqués surviennent au nord de l’Afrique. Des oiseaux migrateurs ne migrent plus et s’amassent autour de ce qui sera l’épicentre d’un énorme séisme, d’étranges signes géométriques apparaissent sur des animaux d’espèces différentes… Tous ces événements sont-ils liés entre eux, et liés à l’affaire sur laquelle travaille Ismaël ? Et surtout, plus intrigant encore, tout cela serait-il lié aux Atlas, ces fameux robots utilisés dans les années 70 aujourd’hui disparus ?

Quelques raisons de lire ce superbe album :

– Déjà, avant toute chose, ce premier tome est superbement écrit, tout simplement ! À partir de là, il pourrait se passer n’importe quoi, on resterait plongé dans cette histoire. Un vrai coup de maîtres de la part des scénaristes F. Vehlmann et G. De Bonneval donc. Des dialogues à l’avancée de l’histoire en passant par les personnages, tout fonctionne à merveille. Les choses se mettent en place progressivement, à leur rythme, comme un puzzle magnifique qui prend forme peu à peu…

– L’ambiance, très particulière, intemporelle. Nous sommes face à une uchronie « soft », la présence de robots ayant quelque peu changer la donne par rapport à notre « réalité ». Malgré tout, depuis leur disparition, le monde est quasiment revenu à la « normale », malgré quelques éléments subtils, quelques vestiges, quelques souvenirs. On est bien loin d’une science-fiction avec de gros robots qui se battent entre eux et je pense donc sincèrement que cette série peut plaire sans souci à ceux que le fantastique rebute…

– D’ailleurs, la couverture est en cela une grande réussite : le robot est présent, mais en ombre et en arrière plan. Comme pour l’intérieur de l’album donc.

– Ce qu’elle ne laisse pas envisager, c’est pourtant la richesse et la variété de celui-ci. Uchronie donc avec d’anciens robots, traces enfouis d’un conflit franco-algérien, polar, pègre internationale, questions écologiques et géologiques, histoires humaines aussi, il y a tellement de choses abordées dans cet album qu’il serait difficile de toutes les citer. Et pourtant (on en revient à la qualité d’écriture), tout fonctionne ensemble à la perfection !

– Pour couronner le tout, on se lance dans une série relativement courte puisqu’elle est annoncée en trois volumes. Sachant que chacun fera plus de 200 pages, ça donne quand même le temps de raconter pas mal de choses !


Brigade Verhoeven T2 - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Brigade Verhoeven T2 par Bertho et Corboz

Brigade Verhoeven T2

P. Bertho et Y. Corboz

Brigade Verhoeven T2 - Nef des fous - Librairie BD RennesAvril 2003, le capitaine Camille Verhoeven, commandant de la Brigade criminelle, est appelé sur une scène de crime épouvantable : deux femmes ont été torturées et dépecées. Sur les lieux, une signature qui rappellerait une ancienne affaire non-résolue…

Mais à mesure que l’enquête avance et que les découvertes macabres s’accumulent, il semble de plus en plus évident que le meurtrier joue davantage avec l’enquêteur qu’avec ses victimes…

Quelques raisons de lire cet excellent polar :

– Si c’est le deuxième album adaptant la Trilogie Verhoeven de Pierre Lemaitre en BD, il s’agit pourtant de l’adaptation du premier roman de cette trilogie. Les auteurs ont choisi d’adapter en premier un roman écrit après la trilogie, afin de présenter davantage en BD le personnage principal de cette série.

– Deuxième BD, mais pourtant premier tome d’une trilogie, Irène constitue cependant bien une histoire complète. Les personnages vivront d’autres enquêtes dépendant sans doute de celle-ci, mais en tout cas, cet album peut se lire de manière tout à fait indépendante !

– Le premier tome, Rosie, était déjà très bien, celui-ci est encore meilleur, plus dense et en même temps plus rythmé ! (Normal quand on sait qu’il s’agissait d’un roman de « présentation »…)

– Les personnages sont toujours très bien traités, très attachants. On sent la même chose que dans l’album précédent, à savoir la présence de romans derrière qui ont permis de développer suffisamment les caractères et les histoires de chacun, chose parfois bien compliquée dans un album d’une cinquantaine de pages…

– L’enquête, son cheminement ainsi que la relation entre Verhoeven et le meurtrier sont véritablement captivantes. Et même si on sent un peu venir la scène finale, elle atteint des niveaux insoupçonnés !


Le pouvoir des innocents C3 T3 - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Le Pouvoir des innocents C3 T3 par Brunschwig et Hirn

Le Pouvoir des innocents, cycle 3 T3

L. Brunschwig et L. Hirn

Le pouvoir des innocents C3 T3 - Nef des fous - Librairie BD Rennes2007, Jessica Ruppert est ministre des affaires sociales. Alors qu’elle prévoit de présenter au Congrès deux-cent mesures sociales et écologiques, elle se heurte aux membres de son propre parti qui lancent contre elle ne procédure d’impeachment.

Alors qu’elle se retrouve isolée et doit passer devant le Sénat, une longue marche populaire collective s’organise depuis New York afin de prendre la défense de la ministre et de ses mesures…

Quelques raisons de lire cette superbe série :

– Cet album est le troisième tome du troisième cycle du Pouvoir des innocents, un des meilleurs thriller politique écrit en BD. Alors oui, il équivaut à un tome 13, puisqu’il faut avoir lu les précédents cycles, mais il n’est jamais trop tard pour commencer une telle série !

– Le temps a passé depuis les premiers tomes et le dessin de L. Hirn s’est encore affiné ! C’est d’autant plus flagrant qu’il y a eu une pause de quelques années entre le tome 2 et le tome 3 de ce cycle, pause correspondant à la réalisation du cycle précédent.

– Si le cycle 2 se passait six mois après les événements de la série principale, celui-ci se passe des années après et développe encore davantage certains aspects politiques et sociaux de la série.

– Le cycle 2 traitait davantage de questions de justice et joue essentiellement sur notre intellect et réflexions morales, ce dernier cycle a quelque chose de plus viscéral… C’est un cycle qui prend clairement aux tripes !

– Comme toujours avec L. Brunschwig, la construction des personnages et du contexte frise avec la perfection. C’est sa très grande force ! En nous décrivant ces personnages vrais, il nous fait vivre l’histoire à leurs côtés, nous faisant souffrir avec eux, vivre les injustices qu’il ressentent, dans ce tableau fictif mais réaliste de ces États-unis du début des années 2000.


Doctor Mirage - Nef des fous - Librairie comics Rennes

Doctor Mirage par De La Torre et Van Meter

Nymphéas noirs

R. De La Torre et J. Van Meter

Doctor Mirage - Nef des fous - Librairie comics RennesShan Fong a un don : elle a le pouvoir de parler avec les morts. Pourtant, ce talent a une faille, inexplicable : elle est incapable de communiquer avec Hwen, son mari disparu.

Un jour, un mystérieux occultiste fait appel à ses services et va lui fournir une piste qui pourrait lui permettre d’enfin le retrouver. Mais pour cela, il lui faudra pénétrer dans le monde des morts et en revenir…

Quelques raisons de lire cet excellent album :

– Il s’agit d’un récit complet, dense, où l’on découvre une aventure dans le monde des morts, rythmée, étrange et  envoutante qui nous rappelle, entre autres, le mythe d’Orphée.

– Le dessin, très réussi, participe d’ailleurs dans son unité de cette ambiance « occulte » !

– Le personnage principal est classe et attachant, loin de ce que certains visuels avaient pu laisser entendre (personnage féminin à forte poitrine apparente…) et sa relation avec Hwen est extrêmement touchante.

– Pour ceux qui ne connaissent pas Valiant, sachez qu’il s’agit là d’un album totalement indépendant. Il ne nécessite aucune connaissance pour l’aborder. A contrario, il ne constitue absolument pas une porte d’entrée dans cette univers. C’est une porte d’entrée vers une superbe histoire, mais absolument pas un moyen d’appréhender les aventures d’Aric, Bloodshot ou Harada. On ne peut pas toujours tout avoir… Pour ça, je vous renvoie au dossier réalisé sur Valiant.

– Pour les lecteurs de Valiant, il permet de comprendre qui est ce personnage qu’on semble être censé connaître dans Shadowman. Mais si, vous savez bien, ce personnage qui débarque en disant « mais voyons, je suis Dr Mirage !! ».


Nymphéas noirs - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Nymphéas noirs par Duval et Cassegrain

Nymphéas noirs

F. Duval et D. Cassegrain

Nymphéas noirs - Nef des fous - Librairie BD RennesL’histoire se passe à Giverny, dans le village de Claude Monet, dont le quotidien est bouleversé par la découverte d’un homme, dans la rivière, une balle dans la tête. Les pistes des enquêteurs sont nombreuses : un mari jaloux, un trafic d’art, un lien avec un enfant de 11 ans.

Nymphéas noirs, c’est aussi l’histoire de trois femmes : l’une, méchante, a 80 ans, une autre, menteuse, a 36 ans. La dernière, égoïste, a justement 11 ans…

Quelques raisons de lire ce superbe album :

– Adapté d’un roman de Michel Bussi, Nymphéas noirs est un récit complet, riche et captivant.

– C’est un polar passionnant, très bien construit, haletant, avec des personnages aux motivations aussi troubles que variées !

– Sans faire de la peinture impressionniste, D. Cassegrain parvient pourtant à nous plonger merveilleusement dans cette ambiance, grâce à beaucoup de douceur dans son trait, des couleurs finement choisies. Le temps d’une lecture, on est plongé parmi les touristes dans le Giverny de Claude Monet !

– Les personnages sont tous aussi attachants qu’intrigants et en parallèle de l’enquête que l’on suit, c’est le lien entre ceux-ci et avec cette enquête qui nous tient en haleine !

– Cette fin, magistrale, qui nous surprend et nous donne envie de tout relire pour vérifier que tout fonctionne bien !


Retour à Killybegs - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Retour à Killybegs par Alary, d'après Chalandon

Retour à Killybegs

P. Alary, d’après S. Chalandon

Retour à Killybegs - Nef des fous - Librairie BD RennesTyrone Meehan est un traître. Traître envers sa famille, ses amis, son pays : l’Irlande… Lui, ce leader politique irlandais, tête pensante de l’IRA, a passé plus de vingt ans à transmettre des informations aux Anglais. Voici donc son histoire, l’histoire de sa vie gâchée, de sa trahison…

Quelques raisons de lire ce superbe album :

Retour à Killybegs est la « suite » de Mon traître, un des récits les plus forts de ces dernières années ! Il peut sans doute se lire sans avoir lu l’album précédent, mais ce serait gâcher le plaisir et bien dommage d’être passé à côté.

– Après Mon traître, Retour à Killybegs est le point de vue du traître en question, la construction de sa trahison, ses « justifications » et peut donc apporter quelques réponses à ceux qui en voulaient…

– Le travail d’adaptation de P. Alary, respectant magistralement le texte de S. Chalandon est toujours aussi réussi !

– Dans Mon traître, le contexte, très important, passait presque au second plan derrière la force des personnages et de leur relation. Cette fois, le contexte politique irlandais est au premier plan, entraînant un album plus « historique », plus « politique ». C’est un vrai documentaire sur une trentaine d’années de quotidien irlandais, tout en conservant la force du récit précédent.

– Il va falloir pas mal de temps avant de trouver deux albums aussi bons !


- Nef des fous - Librairie BD Rennes

Aristophania T1 par Dorison et Parnotte

Aristophania T1

X. Dorison et J. Parnotte

- Nef des fous - Librairie BD RennesMarseille, 1900, dans un duel mettant aux prises deux sorciers, Clément trouve la mort, laissant dans la misère la plus totale son épouse et ses trois enfants.

Des années plus tard, alors que le meurtrier de Clément refait surface, une vieille femme débarque de nulle part pour les arracher à leur condition et les mettre en sécurité dans un lieu mystérieux…

Quelques raisons de lire ce superbe premier tome :

– Les auteurs ne sont plus à présenter, chacun de leur côté, ils ont fait des séries formidables (Le Troisième testament, Long John Silver, Asgard, Undertaker, entre autres pour X. Dorison, Le Sang des Porphyre pour J. Parnotte). Ensemble, ils ont réalisés déjà un super album : Le maître d’armes.

– Dans Aristophania, il y a un peu d’Harry Potter, avec sa magie, son mystère, ses duels entre sorciers…

– Il y a également un peu de Mary Poppins avec ce personnage qui sort de nulle part pour prendre la défense  de ces enfants livrés à eux-mêmes.

– Il y a aussi pas mal d’Orphelins Baudelaire, avec ces trois enfants, cette misère, ce contexte industriel, cet espoir soudain en découvrant ce havre de paix, alors qu’ils sont poursuivis par un ennemi lié à un passé qu’ils ne maîtrisent pas…

– Au final, avec toutes ces inspirations improbables, diverses et variées, Aristophania fonctionne parfaitement, avec une ambiance à part, une grande richesse, un mystère maintenu jusqu’au bout et une vraie attente de cette suite à venir !


Texas Jack - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Texas Jack par Dubois et Armand

Texas Jack

P. Dubois et D. Armand

Texas Jack - Nef des fous - Librairie BD RennesDepuis quelques temps, la bande de Gunsmoke terrorise le Wyoming. Le gouvernement fait appel au célèbre Texas Jack, fine gâchette et héros de feuilletons populaires, ainsi qu’à sa troupe de cirque pour résoudre le problème. Le but avoué est d’utiliser son aura et sa renommée pour ramener les investisseurs dans la région. Sur sa route, il va croiser celle du marshal Sykes, lui aussi après Gunsmoke…

Quelques raisons de lire ce superbe album :

– C’est un récit complet, dans l’univers d’un précédent récit complet : Sykes. On retrouve le même personnage mais il peut se lire de façon totalement indépendante.

– Le scénario d’excellente facture, bien équilibré, meilleur encore que ne l’était celui de Sykes, pourtant déjà pas mal. Sans doute que le nombre de pages plus important, permettant de construire davantage le récit, de manière plus posée, n’y est pas étranger.

– C’est un questionnement entre deux mondes, représentés par Texas Jack, l’homme public, l’homme de spectacle d’un côté et par Sykes de l’autre, lui, le professionnel, froid, qui n’a rien à prouver et ne cherche pas à le faire. Ce rapport n’est pas sans rappeler l’opposition entre Terence Hill et Henry Fonda dans Mon nom est Personne. Un thème finalement assez répandu dans les western, mais qui fonctionne ici très bien.

– Graphiquement, c’est également très bon, avec des moments de grande classe, avec en point d’orgue les scènes à contre-jour ou les plans larges de la troupe en mouvement…

– Cette troupe justement, composée de deux groupes qui se mélangent parfaitement malgré leurs oppositions, auxquels on s’attache vraiment, jusqu’au final, superbe !