Le château des animaux T1 - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Le Château des animaux T1 par Dorison et Delep

Le Château des animaux T1

Dorison et Delep

Le château des animaux T1 - Nef des fous - Librairie BD RennesIl y a bien longtemps, les hommes construisirent un château qu’ils finirent par transformer en ferme avec toute sorte d’animaux, exploitant sans relâche ces derniers. Puis vinrent la guerre, la maladie… Aujourd’hui on ne sait plus très bien ce qu’il s’est passé ce jour là mais les hommes ont disparu, laissant les animaux seuls face à eux-mêmes.

À la joie de l’indépendance et l’espoir de pouvoir enfin devenir les citoyens d’une République naissante libérée de l’oppression humaine ont succédé la haine, la peur et une nouvelle oppression. Alors que le président Silvio et sa milice règnent en maîtres sur la ferme, nombreux se demandent s’ils n’ont finalement pas perdu au change…

Quelques raisons de découvrir cette superbe série :

– Certes, Xavier Dorison (Le Troisième testament, Asgard, Undertaker…) a pu produire dernièrement quelques albums un peu moins formidables. Avec cette série, il nous rappelle le maître scénariste qu’il est. Finement conté, superbement écrit, on entre dans ce récit dès les premiers mots, pour ne plus en sortir !

– Au dessin, c’est à tomber par terre, superbe, génial, magnifique. Il me paraît bien difficile de ne pas tomber sous le charme face au talent de Félix Delep qui réalise pourtant ici sa première BD. Quelle formidable façon de débarquer dans la profession ! Les animaux dessinés sont réalistes, expressifs, les couleurs sont absolument magnifiques. En fait, les superlatifs manquent tant j’ai été impressionné par cette qualité…

– Deux formats différents pour ce premier album, prépublié au cours de l’année passée sous forme de gazette : un album au format classique et une édition luxe grand format, avec une couverture différente et un cahier graphique supplémentaire.

– Les personnages sont des animaux, de vrais animaux, sans le moindre anthropomorphisme comme cela a pu être le cas avec Blacksad ou De cape et de crocs, pourtant le parallèle avec notre société humaine est évident. Le Château des animaux, adaptation assumée de La Ferme des animaux de G. Orwell, est une fable sur l’oppression, le totalitarisme simple sans jamais être simpliste et surtout d’une rare efficacité.

– De par la qualité des dessins, des textes, du traitement des personnages, ceux-ci sont terriblement attachants, rendant le récit extrêmement touchant, fort, mais aussi vraiment violent par moment. Si Le Château des animaux peut convenir à toute la famille, il sera peut être préférable d’en préserver les âmes sensibles, à moins que celles-ci aient envie de crier ou pleurer un bon coup…


Les Indes fourbes - Nef des fous - Librairie BD Rennes

Les Indes fourbes par Ayroles et Guarnido

Les Indes fourbes

Ayroles et Guarnido

Les Indes fourbes - Nef des fous - Librairie BD RennesRevenu des Indes après avoir découvert l’Eldorado, don Pablos de Ségovie est questionné par les seigneurs Alguazil et Reyes, en Espagne, afin qu’il révèle la localisation de la cité mythique. Afin de rallonger son existence et de faire patienter ses hôtes, don Pablos décide de raconter son voyage, depuis le tout début, sans en oublier un seul détail…

Quelques raisons de lire ce magnifique album :

– Bien que le sous-titre puisse laisser planer le doute (on me pose la question plusieurs fois par semaine), Les Indes fourbes est bien un récit complet. S’il est la suite de quelque chose, c’est d’un roman picaresque espagnol du XVIIème siècle écrit par Francisco de Quevedo. Bien évidemment, il n’est absolument pas nécessaire de connaître ne serait-ce que l’existence de celui-ci pour apprécier cet album.

Les Indes fourbes se placent pourtant dans la lignée de ce lointain prédécesseur, par son héros, sa tonalité. À l’instar du roman picaresque, cet album est un grand récit d’aventure où le personnage principal est un gueux, un loser magnifique.

– A. Ayroles, scénariste génial de De capes et de crocs ou de Garulfo, est ici au sommet de son art et ce n’est pas peu dire. Habitué à très peu publier pour un scénariste, il n’a même pas signer un album par an depuis le début de sa carrière. Je mets ici n’importe qui au défi de m’en trouver un qui ne soit pas au moins bon, oscillant donc entre le bon et le génial depuis une trentaine d’années. À ce niveau, Les Indes fourbes est un pur délice, un récit d’aventures comme on en fait peu, rythmé, magnifiquement écrit et dialogué. On se laisse plonger avec plaisir dans le récit semé d’embuches et de rebondissements de ce personnage et on en redemande à chaque page…

– Pour la partie graphique, un autre génie : J. Guarnido, illustrateur de l’immense succès Blacksad. Et pour Les Indes fourbes, il a fait ce qu’il fallait : il a pris son temps. Le résultat n’en est que plus éblouissant, c’est un chef d’œuvre d’expressivité, de dynamisme et de mise en scène !

– En somme, Les Indes fourbes, attendu par beaucoup comme le messie depuis quelques années ne déçoit jamais, au contraire. Avec un duo d’auteurs si prometteur, on était en droit d’espérer un superbe album, on est même au delà de cela. L’objet est grand, beau, dense, surprenant, captivant… Une perle rare !